Cas particuliers

Publié le par Muslim 85

Cas particuliers

 

Certaines questions peuvent se poser lors de l'entrée en Islam et celle-ci peut même soulever quelques problèmes ou imposer une modification ou une régularisation du mode de vie.  

Nous allons examiner quelques cas particuliers qui se présentent assez fréquemment.

 

  • L'entrée en lslam des enfants

 

 Lorsque des adultes entrent en Islam alors qu'ils ont des enfants en bas âge, ces enfants sont tout naturellement considérés « musulmans » sans qu'il soit nécessaire de leur faire accomplir un acte particulier.

Si ces enfants ont l'âge de raison, les parents devront les amener à comprendre leur attachement envers Dieu et leur cheminement vers Lui.  Il est bien que les enfants de cet âge prononcent la chahàda à la suite de leurs parents.

C'est d'ordinaire vers l'âge de sept ans que les jeunes musulmans apprennent à pratiquer en suivant leurs parents.  Vers l'âge de dix ans ils doivent pratiquer correctement et assidûment.  L'obligation « légale » ne s'impose toutefois à eux qu'à partir de la puberté.

Si les enfants sont plus âgés, voire pubères, l'exemple et l'éducation des parents seront  déterminants pour eux.  Si ces enfants ont été préalablement élevés dans la foi en Dieu aucun problème majeur ne se présentera et leur statut islamique s'établira selon un processus naturel, rapide et harmonieux.  Si par contre une telle éducation leur a fait jusque-là défaut, et que, par conséquent, ils se montrent éventuellement hostiles à l'idée de se conduire en croyants, les parents doivent alors se sentir responsables de la triste situation dans laquelle se trouvent leurs enfants et ils devront déployer sans compter leurs patients efforts pour leur faire prendre conscience de Dieu et les aider à se convertir à Lui.

 

  •  Couple marié religieusement

 

     Lorsque deux époux, mariés religieusement dans le Judaïsme ou le Christianisme, entrent simultanément en Islam, leur union demeure inchangée et parfaitement conforme aux normes islamiques.

Si seul le mari entre en Islam, soit qu'il précède son épouse dans sa décision d'entrer en Islam, soit que celle-ci ne souhaite pas devenir musulmane, le mariage reste également valable car il est permis au musulman d'avoir une épouse juive ou chrétienne.

Par contre si c'est la femme qui entre en Islam, alors que son mari ne veut pas la suivre dans cette voie, le mariage se trouve rompu, car une musulmane ne peut être l'épouse d'un homme d'une autre religion.  Le musulman, quant à lui, peut épouser une femme juive ou chrétienne puisqu'il reconnaît l'authenticité du Judaïsme et du Christianisme et respecte ceux qui pratiquent ces religions.  Mais l'inverse n'est pas possible car en Islam, comme en toute religion, l'épouse doit obéissance à son mari; or une musulmane ne peut se mettre en état de dépendance envers un homme qui ne reconnaît pas sa foi.  Et, s'il - déclare la reconnaître, alors il doit y adhérer en entrant lui aussi en Islam.  

En résumé, au sein d'un foyer où l'Islam est présent, c'est le statut islamique qui doit régir les membres de ce foyer, car l'Islam, dernière expression révélée de la Volonté divine, prévaut nécessairement sur les révélations antérieures.  Ceci implique que les enfants d'un couple mixte doivent être éduqués islamiquement. Lorsqu'une femme veut ainsi entrer en Islam alors que son mari n'est pas décidé à faire de même, il va sans dire qu'il incombe à l'entourage islamique de déployer de judicieux conseils pour essayer de convaincre le mari et d'éviter ainsi une rupture de leur union.

 

  •  Couple marié civilement

 

     Si un couple entre en Islam en étant seulement marié civilement il convient de parfaire cette union en procédant à un mariage islamique, car le mariage civil n'est pas un acte suffisant pour valider une union selon les normes de la foi.

Si l'homme entre en Islam et non pas sa compagne, dans ce cas également il convient de parfaire l'union en procédant au mariage islamique.  Si toutefois l'épouse n'est pas croyante, une telle union est en marge de la norme islamique.  Par contre, si c'est uniquement l'épouse qui entre en Islam, la situation est alors analogue à celle décrite ci-dessus et l'union est dissoute vis-à-vis de la Loi islamique.

 

  •  Couple vivant en concubinage

 

      Dans le cas d'un couple vivant en concubinage (ou autre appellation en usage aujourd'hui), il est obligatoire de procéder au mariage au plus tôt après l'entrée en Islam.  Si, pour quelque raison, la réalisation de ce mariage demande un certain délai, il est indispensable que le couple interrompe les rapports sexuels jusqu'à la concrétisation du mariage.  Toute faute ou irrégularité précédant l'entrée en Islam se trouve pardonnée et effacée au moment de l'attestation de foi, mais il est bien évident qu'à partir de cette entrée en Islam une telle situation devient rigoureusement interdite.

 

  •  Nature de la profession

 

      Comme nous l'avons vu au certaines professions ou activités ou sources de revenus peuvent être incompatibles avec les règles islamiques.  Un négociant en vin, par exemple, peut certes entrer en Islam, mais une fois musulman il ne lui est plus permis de se livrer à ce commerce.  L'entrée dans la voie de Dieu impose parfois au croyant de reconvertir certains éléments de sa vie; mais nul n'a jamais accepté un sacrifice ou un effort en vue de Dieu sans que  ce ne soit finalement à son propre profit.

Publié dans Entrer en Islam

Commenter cet article